New York Sketches, nouvel album, 2016

CONCERT LE 18 JANVIER 2017, SUNSIDE, PARIS

Le 21 mars 2016 est sorti New York Sketches, chez Dux Jazz/Distrart, Métisse Music Publishing. Sons+Photos. Invités: Iva Bittová, Arto Lindsay, Barbara Louise Gogan, Ryuichi Sakamoto, Steve Argüelles, Erik Truffaz…

Buy CD digipack (w/ 32-page photo book)
Buy on Bandcamp (digital + pdf photo book)
Buy on Dux label
iTunes

Presse sur New York Sketches
Présentation et promo: site de Muriel Vandenbossche

cc

… Manhattan. Cette île amarrée ressemble au Rex d’Amarcord. Il est étrange que New York demeure à ce point une ville de la révolution industrielle : ponts rouillés, entrepôts abandonnés, côtoient une vie intense et ponctuée de coups de sirènes. Une lumière éclatante accueille le voyageur.

Le humming noise, le son de New York, foisonne de mots, de rythmes, de signaux, de discordances, de chocs et aussi de beautés inattendues, auxquels s’ajoute le climat de la ville elle-même, particulièrement pendant l’automne, moment de la composition de l’album. Les pièces et les chansons ont pu jaillir d’une hauteur de son, du rythme d’une machine, d’une phrase entendue dans la rue, d’un soir inhabituellement calme, d’une fenêtre ouverte, d’un fracas sonore, enregistrés au dictaphone à cassette et combinés aux impressions visuelles restituées par les photos prises sur le moment (…)

Greenpoint Impromptu feat. Iva Bittová (bonus track not on album)

cc
cc
Cette musique a pris un sens à l’ouverture de fenêtres sur la ville, le charme s’est immédiatement imposé. New York Sketches questionne la perméabilité du processus de composition et d’enregistrement au son de l’environnement externe – à l’inverse de l’habituel enfermement dans un lieu hermétique.
il s’est produit un phénomène d’aller-retour : les sons environnants provoquent la musique, celle-ci appelle les sons ambiants à venir l’entourer, se mêler à elle, voire la défier.
il s’agit aussi d’une réflexion sur la composition en milieu urbain, car il fallait s’ouvrir à la ville, et plus largement un questionnement : qu’est-ce que faire de la musique aujourd’hui ? comment est-ce possible ?
jusqu’où peut-on et doit-on aller dans « l’oubli du monde extérieur » pour écrire ?
comment restituer ce carnet sonore d’un automne, en restant dans l’impressionnisme, dans une épure, une pudeur ? l’aspect autobiographique, révélateur, se situe dans le rapport avec chaque artiste invité, autant que dans les choix de mise en scène musique/environnement des pièces – qu’il faut aussi écouter dans les photographies, ces fixations sensorielles (réponse à la citation « you wish to see : listen ») … une réflexion sur la vie, sur la rencontre. RG P
cc