Sefronia

Le « Paradise Alley » de Renaud Gabriel Pion équivaut en quelque sorte au « Mulholland Drive » de David Lynch. Il se dégage de « Paradise Alley » une beauté grave, tragique, une humeur brumeuse.
Cette œuvre est classique et inclassable. En forme d’hommage inventif au cinéma des songes, « Paradise Alley » crée une continuité langoureuse qui nous susurre une vague poésie du mystère. Nous sommes suspendus.

Hugo Catherine, Sefronia.com, 2008